Comment fortifier ses racines

0

Avez-vous observé les plans qui sortent d’une pépinière pour être plantés ailleurs? Ils sont délicatement arrachés avec toutes leurs racines, replantés dans un sol bien préparé et arrosés immédiatement pour leur éviter d’être stressés dans ce nouvel environnement. Ce sont ces mêmes racines qui vont se fortifier et assurer le développement et l’épanouissement de la plante.

Cette image m’est venue quand je pensais aux nouveaux-arrivants dans un pays d’accueil. Ils ont leurs propres racines à partir desquelles ils vont se raffermir et s’intégrer dans leur nouveau chez eux.

Dans l’article précédent j’ai parlé de bons souvenirs à base de chansons pour garder ses racines.  Aujourd’hui je vous invite à écouter celle-ci pour permettre à ces dernières de s’adapter dans leur nouvel élément et vous assurer une bonne continuité dans votre nouveau milieu de vie si c’est votre cas.

Je l’ai étudiée au collège dans un cours de français. Il s’agissait de déterminer à quel niveau de langage appartenait cette chanson: populaire, littéraire, familier ou neutre? C’est aussi l’occasion pour vous d’apprécier la saveur de l’accent du français du Canada si vous n’y êtes pas habitué.

Ton arrière-arrière-grand-père, il a défriché la terre
Ton arrière-grand-père, il a labouré la terre
Et pis ton grand-père a rentabilisé la terre

Pis ton père, il l’a vendue pour devenir fonctionnaire

Et pis toi, mon p’tit gars, tu l’sais pus c’que tu vas faire
Dans ton p’tit trois et demi bien trop cher, frette en hiver
Il te vient des envies de devenir propriétaire
Et tu rêves la nuit d’avoir ton petit lopin de terre

Ton arrière-arrière-grand-mère, elle a eu quatorze enfants
Ton arrière-grand-mère en a eu quasiment autant
Et pis ta grand-mère en a eu trois c’tait suffisant
Pis ta mère en voulait pas ; toi t’étais un accident

Et pis toi, ma p’tite fille, tu changes de partenaire tout l’temps
Quand tu fais des conneries, tu t’en sauves en avortant
Mais y’a des matins, tu te réveilles en pleurant
Quand tu rêves la nuit d’une grande table entourée d’enfants

Ton arrière-arrière-grand-père a vécu la grosse misère
Ton arrière-grand-père, il ramassait les cennes noires
Et pis ton grand-père – miracle ! – est devenu millionnaire
Ton père en a hérité, il l’a tout mis dans ses RÉERs

Et pis toi, p’tite jeunesse, tu dois ton cul au ministère
Pas moyen d’avoir un prêt dans une institution bancaire
Pour calmer tes envies de hold-uper la caissière
Tu lis des livres qui parlent de simplicité volontaire

Tes arrière-arrière-grands-parents, ils savaient comment fêter
Tes arrière-grands-parents, ça swinguait fort dans les veillées
Pis tes grands-parents ont connu l’époque yé-yé
Tes parents, c’tait les discos ; c’est là qu’ils se sont rencontrés

Et pis toi, mon ami, qu’est-ce que tu fais de ta soirée ?
Éteins donc ta tivi ; faut pas rester encabané
Heureusement que dans’ vie certaines choses refusent de changer
Enfile tes plus beaux habits car nous allons ce soir danser… (Sic)

(legoutdufrancais.org/wp-content/…/Paroles-DégénérationsMesaïeux-.p..)

Ne vous privez pas de me dire ce que vous en pensez dans les commentaires.

Paix et lumière,

Illuminée.

 

Share.

About Author

Auteure. Formation en techniques de travail social Plus de quinze ans d’expérience en animation de groupes sur le deuil, la gestion des émotions, le pardon , le projet de vie et la relation d'aide par l'approche de l'analyse transactionnelle. Animation des ateliers sur la communication interpersonnelle et interculturelle. Animation de groupes d'entraide auprès des personnes âgées.

Leave A Reply

Simple Share Buttons