Un réveil désenchanté

0

Tandis que certains couples se la coulent douce, se disant mutuellement qu’ils ont décroché le gros lot, qu’ils se demandent ce qu’ils seraient devenus s’ils n’avaient pas rencontré l’autre, leur partenaire je veux dire, d’autres se demandent ce qu’ils ont fait au bon Dieu d’avoir un réveil désenchanté, si cruel et ceci peu de temps après le mariage. En effet, passés les premiers moments, des surprises peu agréables ont fait surface.

Avant d’épouser une personne, il est difficile de dire que les amoureux se connaissent vraiment. Ils ont juste aperçu un coin de la personnalité de l’autre, ce qui l’a attiré, ce je ne sais quoi qui a capté son regard, qui a fait battre son cœur et qui a fait passer le reste au second plan.

Au fur et mesure que le temps passe, la magie des premiers jours se dissipe. La vie à deux demande alors des ajustements et des concessions. Des fois ça va bien, d’autres fois ça va moins bien.

Dans l’article précédent, nous avons remarqué avec plaisir la fidélité et le sens de responsabilité des grues couronnées grises, des bernaches du Canada, des signes… Il n’en va pas de même pour tous. Voyez plutôt.

Un réveil désenchanté chez nos frères les oiseaux

La polygamie et l’irresponsabilité

Le Jacana africain (Actophilornis africanus) Cas du système d’accouplement Polyandre.

Jacana à poitrine dorée d'Afrique. image gratuite

 

Un jacana femelle s’accouple avec plusieurs mâles (environ 4) pendant toute une saison de reproduction. La femelle est plus grande que le mâle. C’est à la femelle de défendre le territoire et le harem que constituent plusieurs mâles dans les zones proches. Les mâles construisent le nid sur de petites îles flottantes. Les femelles  s’accouplent avec des mâles différents et pondent environ 4 œufs. Chaque membre mâle du harem incube les œufs pendant environ 27 jours et s’occupe de la progéniture. Le mâle se met également debout au dessus des œufs pour les protéger de la chaleur pendant les heures les plus chaudes de la journée. Les poussins sont également pris en charge par les mâles seulement. Les poussins sont précoces et sortent du nid 4 heures après leur éclosion. Les mâles les portent sous leurs ailes en cas de danger.

La veuve dominicaine (Pin-tailed Whydah)

Vous souvenez-vous du mâle dont le plumage change de couleur en devenant noir et blanc pendant la période de reproduction? Dont  le chant et la dance  magnifiques impressionnent le partenaire? Et bien, après l’accouplement, il laissera partir la femelle et s’en trouvera d’autres avec qui se reproduire.

Et la femelle pondra 2-4 œufs dans le nid d’un autre oiseau. Elle ne prendra pas soin des œufs et ne nourrira pas les poussins. La femelle va ensuite se déplacer vers un autre territoire et se reproduire avec un autre mâle. Elle pondra 22 œufs pendant toute la saison de reproduction.

La veuve dominicaine parasite environ 20 espèces différentes. Ces hôtes incubent ses œufs et nourrissent les poussins jusqu’à ce qu’ils puissent se débrouiller seuls. En guise de déguisement, les poussins de la veuve dominicaine imitent   exactement les points de gape (taches noires dans la bouche) des poussins hôtes, faisant des appels et prenant des postures.

Cependant, certains hôtes ont réussi à identifier les bébés Whydah par des marques sur leurs points de gape, et nourriront moins les poussins Whydah. Pour éviter cela, le whydah change d’hôte. En raison de leur beauté, les whydahs sont vendus comme animaux de compagnie, et ont été introduits dans d’autres régions en dehors de l’Afrique, comme en Amérique latine, où ils ont pu trouver de nouveaux hôtes et continuer à jouer leurs tours.

Certains autres oiseaux parasites de la couvée (qui pondent des œufs dans les nids d’autres oiseaux), comme le coucou commun (Coucou gris) et le vacher à tête brune, pondent non seulement des œufs dans d’autres nids d’espèces d’oiseaux, mais nuisent également à l’hôte. En enlevant par exemple les œufs de l’hôte ou en les perforant. Le poussin du coucou éclot d’abord, et commence immédiatement à pousser hors du nid, des œufs de l’hôte, ou des poussins.

Et du côté de chez nous ? Quand survient le réveil désenchanté ?

Dans « les langages de l’amour » de Gary Chapman, il y est dit que l’éternité du sentiment amoureux est une fiction et non une réalité. La conclusion des investigations poussées sur ce sentiment par le Dr  Dorothy Tennov, psychologue est que la durée de vie moyenne du coup de foudre est de deux ans. Mais nous finissons par descendre  de notre nuage et poser les pieds sur terre. Nos yeux s’ouvrent et voient les imperfections de l’autre. Les défauts qui paraissaient insignifiants quand nous étions amoureux deviennent des montagnes, et nous nous demandons comment nous avons pu être si stupides.

Il continue en disant que l’homme et la femme sont deux individus en présence, dont la façon de penser n’a pas fusionné en une seule. Leurs sentiments n’ont coïncidé qu’un bref instant dans l’océan de l’amour. Les courants froids de la réalité commencent à les séparer. Ils ne sont plus amoureux l’un de l’autre.

Ce réveil peut être brutal et faire très mal. L’un ou l’autre partenaire peut essayer de recoller les morceaux, mais quand cela se fait à sens unique, ça ne mène nulle part. Les conjoints auront-ils le bon sens de chercher ce qui peut sauver leur mariage ? Vont-ils abandonner et partir chacun de son côté ? Chapman dit qu’à ce stade ils divorcent ou décident d’apprendre à s’aimer sans le besoin euphorique d’ « être amoureux ».

Mais dans les cultures qui voient le divorce d’un très mauvais œil, que devient l’un des partenaires, celui ou celle qui n’élève pas la voix, qui a peur du scandale ou du qu’en dira-t-on, mais dont la colère et les frustrations sont presque palpables ? Que devient à la longue, cet autre partenaire qui s’est arrogé le droit de blesser l’autre impunément ? Restera-t-il/elle indemne ? Et que vont devenir les enfants d’un ménage devenu un champ de bataille ? Comment vont-ils se comporter dans la vie ?

Nos frère les oiseaux et nous dans cette aventure qu’est la vie familiale

Bienheureux êtes-vous, frères oiseaux, vous qui ne vous posez pas de questions. Vous qui êtes passés maîtres dans l’art du lâcher-prise. Vous qui pourriez donner de bonnes leçons aux humains sur le fait de vivre le présent.

Mais bienheureux sommes-nous aussi, nous les humains, qui sommes conscients de nos actes, qui avons la faculté de changer, quand nous le voulons vraiment. Qui pouvons nous interroger sur la genèse des comportements et comment les réorienter pour le bien du genre humain.

C’était mon objectif en écrivant ces articles. Je voulais les utiliser comme introduction à mon prochain livre dont je vous parlerai le moment venu.

Merci de votre fidélité.

Paix et lumière,

Illuminée.

http://www.biodiversityexplorer.org/birds/jacanidae/actophilornis_africanus.htm

http://www.oiseaux-birds.com/card-african-jacana.html

http://www.oiseaux.net/oiseaux/jacana.a.poitrine.doree.html

https://alchetron.com/Pin-tailed-whydah

https://alchetron.com/Pin-tailed-whydah

Share.

About Author

Auteure. Membre de l'Association des Auteures et Auteurs de l'Ontario Français. Formation en techniques de travail social Plus de quinze ans d’expérience en animation de groupes sur le deuil, la gestion des émotions, le pardon , le projet de vie et la relation d'aide par l'approche de l'analyse transactionnelle entre autres. Animation des ateliers de communication interpersonnelle et interculturelle. Animation de groupes d'entraide auprès des personnes âgées.

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Simple Share Buttons