Venez à l’écart et reposez-vous un peu

2

Venez à l’écart et reposez-vous un peu sont les mots que Jésus a dit à ses disciples. ((Marc 6, 31)

Je suis fatigué est devenu presqu’un refrain chez beaucoup de personnes. Les gens courent partout et en tous sens. Amusez-vous un peu et prenez le temps d’observer une route. Des véhicules roulent dans toutes le directions, les piétons se pressent sur les trottoirs, machinalement, perdus dans leurs pensées.   A quoi se portent ces dites pensées? A des choses qui n’ont pas marché comme ils le souhaitaient? A des individus qui leur ont fait perdre la face ? A des réponses qu’ils auraient pu donner dans cette situation bien précise? A cette réunion qui aura lieu dans une semaine et dont la préparation n’est pas encore parfaite à leurs yeux? A leurs enfants qui certainement ont fait des gaffes à l’école ou chez les voisins même si aucune information en ce sens ne leur est parvenue? Bref, ils pensent à hier et à demain, rarement à aujourd’hui.

Que faire alors?

Lisez plutôt la suite.

« Chaque semaine compte deux jours pour lesquels nous ne devrions pas nous faire du souci, deux jours où il ne nous faudrait connaître ni crainte, ni appréhension.

Le premier jour, c’est hier, qui porte le fardeau de ses soucis, de ses erreurs, de ses fautes, de ses bévues, de ses souffrances et de ses chagrins. Hier nous a échappé à tout jamais. Tout l’or du monde ne pourrait le faire renaître. Nous ne pouvons défaire les actes accomplis, les paroles prononcées. Hier est un jour révolu.

L’autre jour qu’il convient de mettre à l’abri des soucis, c’est demain, plein de grandes promesses, de piètres résultats, de malheurs possibles et de fardeaux. Demain échappe à notre emprise. Le soleil se lèvera inexorablement dans la splendeur ou derrière un voile de nuages. Jusqu’à son lever, nous ne pouvons miser sur rien, puisque demain n’a pas vu le jour.

Il ne nous reste donc qu’aujourd’hui. Tous nous pouvons livrer bataille pendant une petite journée. Nous ne faiblissons et ne chavirons que si le poids d’hier et de demain – ces deux terribles éternités – s’ajoutent aux inquiétudes d’aujourd’hui.

Ce ne sont pas les expériences d’aujourd’hui qui nous désespèrent, c’est l’amertume du remords de la veille et la crainte de demain.

À CHAQUE JOUR SUFFIT SA PEINE » !

(Anonyme)

Venez à l’écart et reposez-vous 

Alors vous qui me lisez, je vous dis moi aussi, venez à l’écart et reposez-vous un peu. Quelque soit ce qui vous pèse, accordez-vous un moment bien à vous, ne fusse que quelques minutes.

Peut-être avez-vous eu une journée suffisamment chargée ou une grosse semaine comme on dit quelque fois?

Venez à l’écart et reposez-vous  des tracas de tous les jours, des responsabilités qui n’en finissent pas, des devoirs à accomplir, des gens à plaire. Cela ne se ressent-il pas jusque dans votre organisme? Qui pourrait vous parler plus que votre propre corps?

Il existe plusieurs moyens de se reposer. Vous savez certainement ce qui peut alléger votre poids.

Il y a aussi la méditation, admirer un paysage, écouter une émission calme, faire une longue promenade quand le temps le permet…

Et comme a dit Henri-Frédéric Amiel , » Savoir se reposer, c’est une augmentation précieuse de la vie »[i].

[i]http://www.mon-poeme.fr/citations-reposer

Paix et lumière,

Illuminée

Share.

About Author

Auteure. Formation en techniques de travail social Plus de quinze ans d’expérience en animation de groupes sur le deuil, la gestion des émotions, le pardon , le projet de vie et la relation d'aide par l'approche de l'analyse transactionnelle. Animation des ateliers sur la communication interpersonnelle et interculturelle. Animation de groupes d'entraide auprès des personnes âgées.

2 commentaires

Leave A Reply

Simple Share Buttons