Voici le meilleur candidat pour un poste de travail

0

 Le meilleur candidat pour un poste de travail est le résultat d’un choix du département des ressources humaines d’une entreprise. Mais ce choix se base parfois sur des critères spéciales comme le démontre Regine Hartley dans sa conférence faite au TED de septembre 2015. J’ai repris la transcription pour ceux et celles qui ne sont pas à l’aise en anglais et pour qui les sous-titres défilent rapidement.

Qui donc est le meilleur candidat pour un poste de travail?

Pour Regina Hartley, le meilleur candidat pour un poste de travail n’est pas celui qui a le CV parfait. Voyez pourquoi.

Quand on a le choix pour un poste, entre un candidat avec un CV parfait et un autre qui s’est démené au travers des difficultés, la directrice en ressources humaines Regina Hartley donne toujours une chance au « Rescapé ». En tant que personne qui a grandi dans l’adversité, Hartley sait que ceux qui se développent dans les endroits les plus sombres sont investi d’une capacité à survivre dans un environnement de travail qui change continuellement. « Choisissez le concurrent le moins estimé, dont les armes secrètes sont passion et détermination. » Elle nous conseille : Engagez le « Rescapé » !

 Mes collègues et moi avons créé des termes très officiels pour décrire deux catégories distinctes de candidats. Nous appelons A : « la cuillère en argent », c’est la personne qui a clairement eu des avantages et qui était destinée au succès. Et nous appelons B : « le Rescapé », la personne qui a dû affronter des épreuves considérables pour aboutir au même point. Vous venez d’entendre un directeur des ressources humaines qui appelle des personnes « cuillère en argent » et « rescapé »  Ce qui n’est pas vraiment politiquement correct et sonne un peu comme un jugement. Mais avant que mes certifications en ressources humaines soient révoquées —  laissez-moi vous expliquer… Un CV raconte une histoire et au cours des années, j’ai appris quelque chose au sujet des personnes dont l’expérience est vue comme un patchwork, cela m’incite à m’arrêter un peu et à les observer globalement avant de rejeter leur CV.

Une personne que j’ai recrutée pensait que parce qu’il venait d’une université d’élite, il y avait certaines tâches qui n’étaient pas dignes de lui, comme faire un travail manuel temporairement pour mieux comprendre une opération. Finalement il a démissionné. Mais en revanche, que se produit-il quand votre vie entière est tournée vers l’échec et que finalement vous réussissez ? Je veux vous encourager vivement à interviewer le « rescapé ». J’en sais quelque chose parce que je suis une « Rescapée » !

Avant que je naisse, mon père a été diagnostiqué schizophrène paranoïaque. Il n’était pas capable de conserver un travail, bien qu’il soit brillant. Nos vies étaient comme les films : « Vol au-dessus d’un nid de coucou », « L’Éveil » et « Un Homme d’exception. » — Je suis la quatrième d’une famille de cinq enfants élevés par une mère célibataire dans un quartier difficile de Brooklyn à New York. Nous n’avons jamais possédé de maison, de voiture ni de machine à laver, et pour la majeure partie de mon enfance, nous n’avons même pas eu de téléphone. J’étais donc fortement motivée pour comprendre les relations entre la réussite professionnelle et les « rescapés », parce que ma vie aurait pu facilement prendre des chemins très différents.

J’ai rencontré des personnes qui ont réussi professionnellement et lu des biographies de leaders de haut niveau. J’ai alors noté des traits communs. Bon nombre d’entre eux avaient rencontré des difficultés très tôt. Qu’il s’agisse de pauvreté, d’abandon, de la mort d’un parent dans leur jeunesse, de difficultés d’apprentissage, d’alcoolisme, de violence. La pensée commune est que le traumatisme mène à la détresse, et on s’est beaucoup intéressé aux dysfonctionnements en résultant. Mais en étudiant les dysfonctionnements, les données ont révélé une vision inattendue : que même les plus mauvaises circonstances peuvent engendrer la croissance et la transformation. Un phénomène contre-intuitif remarquable a été découvert. Ce que les scientifiques appellent « la croissance post traumatique » !

Dans une étude conçue pour mesurer les effets de l’adversité sur des enfants à risque, parmi un groupe de 698 enfants qui ont expérimenté les conditions les plus graves et extrêmes, un bon tiers s’est développé jusqu’à mener des vies saines, réussies et productives. Envers et contre tout et malgré de nombreux obstacles, elles ont réussi. Un tiers ! Prenez ce CV. Les parents de ce gars l’ont abandonné. Il n’a jamais fini l’université. Il a souvent changé d’emplois, Il est parti voyager en Inde pendant une année, et pour compléter le tout, il est dyslexique ! Engageriez-vous ce type ? Son nom est Steve Jobs.

Un de mes collègues a eu sa vie complètement retournée en raison de la révolution culturelle chinoise en 1966. Quand il avait 13 ans, ses parents ont été transférés à la campagne, les écoles ont été fermées et il s’est retrouvé seul dans Pékin pour se débrouiller par lui-même jusqu’à ses 16 ans quand il a obtenu un travail dans une usine de vêtements. Mais au lieu d’accepter son destin, il a pris la résolution qu’il continuerait son enseignement classique. Onze ans après, quand le paysage politique changea, il entendit parler de tests d’admission très sélectifs pour entrer à l’université. Il a eu trois mois pour apprendre le programme complet des cours du primaire au lycée. Ainsi, chaque jour, au retour de l’usine, il faisait une petite sieste et étudiait jusqu’à 4h du matin, puis retournait travailler. Il a répété ce cycle chaque jour pendant trois mois. Il l’a fait, il a réussi ! Son engagement pour son éducation était inébranlable, et il n’a jamais perdu l’espoir. Aujourd’hui, il a obtenu un master, et ses filles ont chacune eu des diplômes de Cornell et de Harvard.

Les « rescapés » sont propulsés par la croyance que la seule personne sur laquelle vous avez l’entier contrôle est vous-même. Quand les choses ne tournent pas bien, les « rescapés » se demandent : « Que puis-je faire différemment pour obtenir un meilleur résultat ? » Les « rescapés » ont un sens de leur mission qui les empêche de renoncer à eux-mêmes. Un peu comme quand vous avez survécu à la pauvreté, un père fou et plusieurs agressions. « Des challenges professionnels ? » Pensez-vous ! Vraiment ? C’est du gâteau, je l’ai voulu ! Et cela me rappelle – l’humour : les « rescapés » connaissent cet humour qui s’obtient dans les moments difficiles, et le rire vous aide à changer votre regard. Et puis, il y a les rencontres… Les gens qui surmontent l’adversité ne le font pas seuls. Quelque part le long de la route, ils trouvent des personnes qui font sortir le meilleur d’eux-mêmes et qui investissent dans leur succès. Avoir quelqu’un sur qui vous pouvez compter, quoi qu’il advienne, est essentiel pour surmonter l’adversité.

J’ai été chanceuse. Dans mon premier emploi après l’université, je n’avais pas de voiture, ainsi j’ai fait du covoiturage pour rentrer chez moi, avec une femme qui était l’assistante du président. Elle m’a observée travailler et encouragée à me concentrer sur mon avenir et ne pas insister sur mon passé. Le long de la route, j’ai rencontré beaucoup de personnes qui m’ont donné leur avis honnête et sans faux fuyant, des conseils et leur accompagnement. Ces personnes ne se préoccupaient pas que j’ai, par le passé, travaillé comme serveuse-chanteuse pour aider à payer l’université. Je terminerai avec une dernière information intéressante. Les entreprises qui sont engagées dans la diversité et les pratiques d’intégration, tendent à soutenir les « rescapés » et surpasser les autres entreprises. Selon Diversity Inc, une étude montre que les 50 premières entreprises qui soutiennent la diversité ont surperformé le S&P 500 de 25%. Alors, pour revenir à ma question initiale. Sur qui allez-vous parier ? « Cuillère en argent » ou « rescapé » ? Je vous le dis, choisissez le candidat le moins conventionnel dont les armes secrètes sont la passion et la détermination. Engagez le « rescapé » !

Translated by Philippe NGUYEN-DUC
Reviewed by Eric vautier

Et vous, qu’est-ce que vous en pensez? N’hésitez pas à me laisser un commentaire.

Paix et lumière,

Illuminée.

Share.

About Author

Auteure. Formation en techniques de travail social Plus de quinze ans d’expérience en animation de groupes sur le deuil, la gestion des émotions, le pardon , le projet de vie et la relation d'aide par l'approche de l'analyse transactionnelle. Animation des ateliers sur la communication interpersonnelle et interculturelle. Animation de groupes d'entraide auprès des personnes âgées.

Leave A Reply

Simple Share Buttons